Une vie de tech'

Menu

R.U.S.E

Réussite tuée par ses fans

Temps de jeu : environ 65h,

Durée de vie : 25 heures en solo

Pour :

  • Mode de jeu novateur
  • Campagne passionnante
  • Possibilité d’utiliser les différentes nations
  • Défis contre les IAs

Contre :

  • Communauté multijoueurs désagréable
  • Limite tactique
  • Les IAs n’utilisent pas toutes les ruses
  • Gestion des spécificités des unités limite
  • Jouabilité de certaines nations
  • Terrain d’action limité a l’Europe de l’ouest
  • Arrêt de la licence pour favoriser la vente des successeurs

Ayant eu la chance d’être joueur de la bêta puis un des premiers testeurs de la version finale en France je ne pouvais pas ne pas parler de ce jeu. Les vidéos de teasing ont fait rêver le fan de stratégie que je suis. J’étais prêt à acheter une Table Surface pour y jouer en LAN… jusqu’à être douché par la réalité.

J’ai commencé par faire l’intégralité de la campagne, ce qui prend une bonne vingtaine d’heures en étant minutieux. Le système de ruses est vraiment sympathique, le slogan du jeu : « don’t believe what you see » prend tout son sens, je regretterai presque que les IA n’en abuse pas plus.

Je me suis ensuite lancé dans les batailles en ligne avec plus ou moins de succès, plutôt moins dès qu’il s’agit de jouer contre des humains on retombe assez vite dans les travers de tous les jeux avec des règles de 3 et de la production d’unités avec des bêtes règles de contre, on comprend après 3 parties que cela n’a aucun intérêt sauf apprendre à jouer comme un bot juste gagner des match. Ces comportements ont causé encore plus rapidement que prévue la mort du jeu avec la disparition de la plupart des joueurs en ligne.

Niveau performances/compatibilité, le jeu peut vraiment tourner au minimum sur des configurations légères par contre au maximum, il était parfois a la peine sur des configurations plus robustes. Un dual-core U avec une GT630 faisaient le taf au minimum/moyen, alors qu’un i7-2600 et une GTX1050 pouvaient ramer sur les grosses maps en 1080p dans des gros combats.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.