Une vie de tech'

Menu

Dell XPS L421X mon retour sur l’ultrabook

Un ultrabook de luxe


Configuration testée : Platinium, i7-3667U, SSD 512, GT630M, 8 Go DDR3 (Windows 7 puis 8 puis 10)
Durée d’utilisation : 3 ans environ, a raison de 17h par jour 7 jours sur 7.
Utilisation principale : Programmation, Analytics, Web, Jeux

Pour :

  • Construction qualitative
  • Autonomie solide de 7h
  • Très bonnes performances (CPU) pour le format)
  • Écran HD+ qualitatif pour du TN brillant
  • GPU dédié (rare pour le format)
  • Connectique variée (dont USB 3.0)
  • Clavier rétro éclairé
  • Relativement léger
  • Touchpad

Contre :

  • Écran brillant
  • Chauffe du CPU en usage intensif
  • Intérêt limité du GPU dédié
  • Robustesse des certaines pièces (SSD, ventilateur)
  • Compatibilité de certains drivers avec Windows 10 (audio)
  • Support inexistant
  • 1 seul port ram
  • 1 seul port disque dur utilisable a la fois

Anecdote / Pourquoi ce choix ?

J’ai reçu et utilisé ce modèle comme ordinateur « de fonction » avec possibilité de m’en servir de machine personnelle. Le test sur la durée a été intensif avec assez peu de répit pour les composants. C’est aussi ce portable et avec son écran qui m’a poussé à renouveler mon matériel photo… 

Mon avis

L’écran très lumineux propose une colorimétrie correcte d’usine, bien que TN brillant et même seulement HD+, on a vraiment une impression de premium. Si il y a un bien truc qui me fait direct l’effet premium, même si c’est bête, c’est de pouvoir ouvrir l’écran d’une main sans que le châssis ne bouge. Je note que le touchpad est le meilleur que j’ai pu essayé jusque-la pour une machine Windows.

Rien a redire sur les performances générales, le SSD et la quantité de ram permettent une utilisation réactive. Dell a joué la carte des performances par rapport au silence et à la gestion de la température. Contrairement a beaucoup de modèles concurrents, les performances ne chutent pas après quelques minutes de sollicitation intensive. Le châssis reste a une température agréable au toucher sauf peut-être la zone de sortie de ventilation. Histoire d’avoir un comparatif mon précédent portable avait un vénérable (ou anémique) Pentium P6100 dont les performances étaient suffisante pour les usages de l’époque. Du moins j’en avais l’impression.

Sur la partie graphique c’est un peu plus décevant, la carte Nvidia permet de prendre le relais sur l’intel HD 4000 mais cela ne va pas bien loin, dommage  ne serait-ce qu’une 640M aurait largement changé la donne. En effet, Dell semble avoir misé sur la version bridée de la 630M, pour rappel il en existe 3 versions. La plupart des jeux du moment ne tournaient pas dans la résolution native. Pour les titres plus anciens pas de soucis particulier. En 1600×900 R.U.S.E, Company Of Heroes et World In Conflict tournaient sans problème du moment que je restais sage sur les options, les Sniper Elite 1/2/3 et Ghost Warrior étaient les titres les plus demandeurs que j’ai pu lancé, sans fioritures ça tournait de manière acceptable. Étrangement c’est peut-être Ori And The Blind Forest qui aura fait le plus mal en FullHD sur un écran externe.

J’ai eu le temps d’adorer la machine, la transporter tous les jours et la solliciter bien plus qu’il n’en faut. Un poil déçu au bout de 2 ans d’avoir le SSD qui tombe en panne (après seulement 6 To d’écriture) puis le ventilateur, puis la batterie… La mise à jour vers Windows 10 a rendu la prise jack inopérante faute de pilote adapté. Le support Dell aux abonnés absent après m’avoir indiqué que la machine n’était de toute façon pas adaptée a un usage professionnel de ce type.

N’ayant plus de temps pour jouer j’ai longuement hésité à le remplacer par un L321X (XPS13) mais il était difficile de trouver une version 8 Go a un prix abordable, j’ai donc jeté l’éponge.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.