Une vie de tech'

Menu

J’ai testé un Nuc

Parfait petit serveur d’appoint


Configuration testée : NUC5i5RYH i5-5250u, 16 Go DDR3, SSD 256
Durée d’utilisation : 2 ans h24
Utilisation principale : serveur web / mysql / elasticsearch / datascience

Pour :

  • Taille
  • Performances
  • Silence
  • Gestion de la chauffe
  • Comptabilité UNIX
  • Evolutivité

Contre :

  • Performances
  • A quand la charge en USB-C

Anecdote

Suite a un déménagement, je suis passé de plus de 60m² a moins de 35. J’avais besoin d’une machine allumée H24 proposant une capacité de calcul/multitâches acceptable. J’ai cherché un petit moment avant que l’évidence ne saute aux yeux : les NUCs. Ce NUC est donc mon premier du genre en remplacement de tours plus classiques pour répondre a ce besoin. Point de vue bruit, encombrement, consommation les NUC sont une révolution pour moi.

Mon avis

Pas grand chose a dire sur ce boitier, mini format maxi puissance (tout est relatif).  Aucunement déçu, il a fièrement rendu service. Par rapport a ce modèle, les tours classiques en i3, Celeron et Pentium a peine moins cher n’ont je trouve presque plus aucun intérêt.  Grosso modo, on retrouve environ 40% de performances en plus qu’un vénérable Core2Quad. On se trouve au niveau d’un i3 de bureau de même génération d’après les benchmark, le tout pour une consommation divisée par presque 4 voire plus. Je n’avais pas suivi l’actualité des boitiers pendant longtemps, c’était une bonne découverte.

C’est propre, efficace, un léger regret sur le bloc d’alimentation qui fait quasiment 50% du volume du boitier. A noter qu’il existe 2 tailles/versions des NUC, une slim avec un seul emplacement disque et une version un peu plus épaisse qui offre un 2ème emplacement de stockage. Je ne sais pas si d’ailleurs il y a d’autres différences en plus de la connectique en façade.

Malgré une pleine charge, le silence règne, pas de plantage, pas de baisse de performances et le boitier n’est pas chaud au toucher. Malheureusement, le dual core avec son HD6000 se révèlent limitant dès lors que l’utilisation certains outils pourraient bénéficier de l’accélération des puces Iris.

Le manque de performances se fait ressentir quand les QuadCore U Kabylake-R sont arrivés sur le marché, où cette génération a vraiment pris un coup de vieux.

Pour du serveur web, multimédia ou de la bureautique dans un point de vente cette machine sera encore une bonne référence pendant quelques temps. On reste encore loin devant des Celeron et autre Pentium d’entrée de gamme même 5 ans après. En anecdote par rapport au blog, ce boitier fournissait autrement plus de puissance que l’hébergement actuel en VM cloud ou le serveur précédent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.