Une vie de tech'

Menu

Acer Swift 1

Compagnon de déplacements pas si efficace

Configuration testée : SF114-32 N5000 eMMC 64 Go 4 Go DDR4
Durée d’utilisation : 1 mois
Utilisation principale :  web

Pour :

  • Autonomie
  • Format compact
  • Fanless + léger
  • La prestation globale (IPS, rétro-éclairage, connectique etc.)

Contre :

  • Performances
  • Connecteur d’alimentation fragile
  • Pas de charge USB-C
  • Soucis de mise a jour
  • Evolutivité limitées
  • Construction en deçà des autres Swift

Anecdote / pourquoi ce choix ?

Un annonce pour un portable en panne avec le prix qui va avec… Un démontage plus tard tout est fonctionnel. Il n’y plus qu’a.

Mon avis

Comme pour le ES1-311, chacun sait pourquoi on achète ce genre de configuration. J’en avais déjà parlé, la gamme Swift possède tous les éléments qui m’intéressent. Le gain qualitatif par rapport aux anciennes gammes Aspire est largement appréciable.

Question performance, le QuadCore N5000 est au dessus des DualCore et du n2840 bien connu dans ce type de machine. Il est plus ou moins au niveau d’un i3/i5 version U en dual core skylake. Le silence de fonctionnement est aussi appréciable que la chauffe admirablement bien gérée, car point de throttle ici malgré l’absence de ventilateur. Cette association permet également de maximiser l’autonomie. On ne peut que regretter les choix de configurations limité a 4 Go et un eMMC tous 2 soudés en configuration de base. La configuration permet de faire un petit de développement web/mobile mais point trop n’en faut. Dès l’utilisation d’un émulateur, même scroller sur du texte ou utiliser de l’autocomplétion devient un supplice.

Il est possible d’ajouter un SSD M.2 NVME (quel intérêt ?). L’écran FullHD IPS de bonne facture, sa luminosité est un poil réduite mais suffisante. Comme tous les Swift, le chargeur « mini » garde son connecteur fragile.

Petit soucis de mise a jour Windows et de BIOS a 2 reprises le drivers Intel n’est plus reconnu et il faut brancher un écran externe pour le désinstaller. Outre la perte de temps dont on se passerait volontiers, en l’absence d’écran et d’une clé bootable a coter pour re installer le système, l’ordinateur est inutilisable. Dommage également, la charge par USB-C aurait clairement fait oublier la fragilité du connecteur secteur et été un argument de plus pour la mobilité. Les performances restent toutefois décevantes, difficile d’avoir un flux 1080p décodé en live si il n’est pas bien optimisé (FranceTv, Molotov etc.). Pour un compagnon de voyage c’est donc regrettable une fois de plus.

La nouvelle génération s’annonce encore plus intéressante avec sacré bon en performance, un 2ème slot M.2 et potentiellement la charge USB-C.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.