Une vie de tech'

Menu

Catégorie : Objectif

Test objectif, M. Zuiko 75-300 v3

La référence pour animalier

Boitier(s) associé(s) : E-M10 mk III
Durée d’utilisation : 3 mois
Utilisation principale : volatiles

Pour :

  • Versatilité
  • Qualité optique

Contre :

  • Encombrement
  • Luminosité réduite

Anecodte / pourquoi ce choix ?

Depuis la vente du 14-150, le 12-50 est parfois devenu un peu juste pour attraper des volants (insectes ou oiseaux) de loin mais aussi pour faire du portrait plus éloigné (jeunes enfants par ex.). Moi qui était satisfait de ne pas voir le manque de la plage 50-150. Hésitant entre plusieurs propositions, j’ai mis la main sur celui-ci pour l’instant. A défaut d’avoir trouver un 12-200 remplaçant également le 12-50 .

Mon avis

Je n’ai pas beaucoup eu l’occasion de l’utiliser. La qualité est bonne si on arrive a se poser car la stabilisation aussi efficace soit elle ne fait pas de miracles. Attention, aux situations de lumières difficiles qui rajoutent une couche de difficulté car passer 200mm le manque de lumière se fait bien sentir. Du peu que j’ai pu m’en servir, la qualité est supérieure au 14-150 sur la même plage.

Malgré la légèreté de l’objectif et le gabarit non négligeable de l’E-M10, le couple est totalement déséquilibré et ne tient pas sur un trépied léger.

Test objectif, Lumix 20

La référence

Boitier(s) associé(s) : E-M10 mkIII
Durée d’utilisation : 8 mois
Utilisation principale : tout

Pour :

  • Polyvalence
  • Qualité optique
  • Qualité de construction
  • Compacité

Contre :

  • AF lent
  • Un peu court en portrait

Clairement l’objectif dont tout le monde parle depuis son arrivée dans la gamme du micro 4/3. Je ne l’ai eu que tardivement et après avoir déclaré ma flamme au 30/2.8 de Sigma… Néanmoins, après plusieurs centaines de photos avec dans différentes situation, j’ai appris a l’apprécier également. Le rendu est clairement différent du Sigma pour des usages plutôt similaire (même si pour le portrait ma préférence reste sur le Sigma). Pour la photo de vie (street) c’est effectivement un bon compagnon, son AF a pleine ouverture peut parfois patiner et jouer des tours surtout sur des sujets qui ne sont pas fixes.

Je pense qu’il peut remplacer a lui seul les 14-42 de kit. C’est globalement une belle réussite pour stimuler un peu la créativité et changer de point de vue.

Test objectif, Sigma Art 60

Du portrait… et c’est tout ?

Boitier(s) associé(s) : E-M10 mkIII
Durée d’utilisation : 8 mois
Utilisation principale : portrait

Pour :

  • Qualité optique
  • Qualité de construction
  • Bokeh

Contre :

  • Polyvalence

Un bon objectif a portrait, un bon équivalent au 45/1.8 a pleine ouverture, juste un poil plus long. Il ouvre certes moins mais il une profondeur de champs équivalente. Très bon piqué, et un bokeh offert très agréable quoi que parfois décevant. Pour le prix, aucun défaut de qualité optique ou de construction. En termes d’accessoires, pare-soleil et sacoche fournis… que du bon ici, on est loin de la radinerie d’Olympus.

Il est souvent question de l’AF, il peut patiner en étant trop près, sinon il ne rate pas (surtout par rapport au souvenir que le 45 a pu me laisser).

Rien a dire de plus finalement sur l’optique si ce n’est qu’il est toujours utilisé a pleine ouverture et ne se prête pas beaucoup à d’autres usages. C’est l’aspect un peu plus décevant du produit. Il offre un rendu sympathique pour de la flore, mais la distance minimum de mise au point reste trop importante pour s’aventurer plus près. A la rigueur, le 60 Macro lui aurait été préférable pour plus de polyvalence. Mais déjà que le rendu est très (trop?) net ici a pleine ouverture, ce n’est pas génial d’envisager plus chirurgical pour les portraits.

Test objectif, M. Zuiko 12-50

Le kit version polyvalent

Boitier(s) associé(s) : E-PM2, E-M10 mkI et III
Durée d’utilisation : 5 ans
Utilisation principale : tout

Pour :

  • Fonction macro
  • Qualité de construction (tropicalisation)
  • Qualité optique en basse focale
  • Position 12mm

Contre :

  • Qualité optique en haute focale
  • Luminosité réduite passé 40mm

Anecdote / pourquoi ce choix ?

J’effectue régulièrement des sorties par des conditions un peu hostiles au long fut ouvert du 14-150. Je lorgnais sur le 12mm depuis un moment car la position 14mm du 14-150mm était toujours un peu courte. A l’inverse le 9-18mm était trop restreint. Par ailleurs, l’idée de faire de la proxy me trotte depuis longtemps. Néanmoins, le 12f2 et le 60 macro sont hors de mon budget et me trimballer avec 3/4 objectifs (ni l’envie d’un objectif qui ne fait que ça), non merci. Vient alors cette alternative le 12-50. Il permet d’avoir un 12mm certes moins qualitatif que le fixe mais offre des possibilités de proxy et c’est un objectif résistant. Les acheteurs d’OM-D en kit sont assez nombreux a vouloir s’en débarrasser rapidement. Il est disponible facilement disponible en occasion a un tarif abordable. J’ai revendu le 9-18 et le 14-150 et finalement le 12-50 est venu agréablement alléger mon sac en m’offrant plus de possibilité.

Mon avis

Je ne l’utilise pas tant que ça par rapport a d’autres objectifs de ma besace. Pourtant j’ai plutôt un bon souvenir de ses utilisations et je suis content chaque fois que l’occasion de le ressortir se présente. Je crois même que c’est le meilleur représentant de ma galerie Flickr. 

Clairement à 12mm f5.6-7.1 il donne son plein rendement pour de très bons clichés de paysage. Passé 40mm c’est un peu plus mitigé et j’ai du mal à le trouver intéressant/qualitatif en dehors de la fonction macro qui sans remplacer un véritable objectif dédié, rend service de manière très honorable. Sur la plage 40-50mm, le 40-150mm me semble plus qualitatif mais ce n’est pas vraiment comparable. Par rapport l’objectif de kit 14-42 ou au 14-150, on aura beau dire, les 2mm en bas sont plus visibles que les 8mm en haut. Je n’ai eu que faire du passage de 42mm a 50mm mais le passage de 14mm a 12mm fait son petit effet. Par ailleurs, la zone 50-150 du 14-150 ne me manque pas.

Le zoom motorisé est utile en vidéo mais il m’arrive de pester de tomber sur lui en sortie du mode macro. Sans doute l’objectif de kit le plus pertinent/polyvalent du micro 4/3 avec le 12-32 2.8 de Panasonic dans une autre mesure peut-être.

Pas besoin d’UGA.
Coucou les insectes

Test objectif, M. Zuiko 14-150

Polyvalent et efficace

Boitier(s) associé(s) : E-PM1, E-PM2
Durée d’utilisation : Environ 3 ans
Utilisation principale : Tout

Pour :

  • Polyvalence
  • Qualité générale

Contre :

  • Qualité optique
  • Lourd et long sur un petit boitier

Pourquoi ce choix ?

Quelques mois après l’achat du kit E-PM1 et de l’ajout du 40-150 je n’étais pas a l’aise avec le changement d’objectif. C’est donc mon 1er vrai achat d’objectif. Vrai achat, car pour une fois, j’achète un article dont le prix n’est pas couvert par la vente des autres. Il vient donc en remplacement du zoom de kit et du 40-150 acheté peu après. Duo que j’ai revendu pour presque rien tellement c’est commun sur le marché.

Mon avis

Il est resté vissé au boitier pendant longtemps, juste délogé quelques fois par le 45. Il fut mon unique compagnon de voyage et randonnées pendant longtemps (ça pèse sur le cou…). Le couple Pen Mini et 14-150 est clairement déséquilibré a 14mm, encore plus passé 90mm, impossible de tenir sur un trépied qui ne serait pas au minimum plus lourd que l’ensemble. Avec le pare-soleil l’objectif prend encore 5cm de plus.

Malgré l’absence de tropicalisation, la qualité de construction est bonne, mieux que le 40-150 et le 14-42. Je précise que j’étais sur la v1, la v2 l’a rendu encore plus qualitatif. La qualité optique est un peu moins bonne que le 14-42 et le 40-150 sur certaines focales, mais au dessus du concurrent Tamron disponible a l’époque que j’avais testé en boutique (et au même niveau que le 14-140 de Panasonic stabilisé et vendu plus cher).

Entre 14mm et 20mm il vaut mieux rester a f5,6 ou f6,3. Le constat pourrait se prolonger jusqu’à 120mm environ où il faut alors fermer à peine plus (genre f7-9) pour obtenir la meilleure qualité. Rester à l’ouverture max passé 120mm montre clairement la faiblesse de l’optique. Aucun intérêt de fermer plus que f11.

Test objectif, Sigma Contemporary 30/1.4

Lumière ! Et la lumière fut

Boitier(s) associé(s) : E-PM2, E-M10 mkI et III
Durée d’utilisation : 4 ans
Utilisation principale : portrait, intérieur

Pour :

  • Qualité optique
  • Qualité de construction
  • Bokeh
  • Luminosité

Contre :

  • Volumineux

Anecdote / pourquoi ce choix

Je faisais le tour des boutiques a la recherche d’optiques micro 4/3. Rares sont celles a en proposer et encore plus a offrir la possibilité de tester dans la rue. Il ne fallait pas plus qu’un détour dans une célèbre boutique photo sur le boulevard Beaumarchais pour tomber sous le charme de cette optique. Un bon pas en avant sur le 30/2.8 de la même marque et le 45/1.8 d’Olympus. Ces derniers ont terminé en vente quelques jours plus tard sur les étagères de cette même boutique.

Mon avis

Tout les avantages se font cela dit au détriment de la compacité l’objectif. Par rapport aux 2 précédents, il les dépasse a lui tout seul.  D’ailleurs, il occupe plus d’espace que le 30/2.8 et le 45/1.8 réunis. Celui-ci est long et lourd sur un Pen Mini mais c’est bien le seul reproche. Il prend un peu plus de place que le 12-50 et dans la sacoche.

Les résultats offerts sont par contre de haut vol, rien à redire. C’est très rare que ca soit sur le Pen ou l’E-M10 d’avoir un raté de mise au point. Un régal par rapport au 45/1.8.  Une petite virée avec dans un aquarium permet de se donner une idée de choses que l’on s’étonne être maintenant possibles. Par rapport au compact 30/2.8, le rendu des couleurs est un peu plus chirurgical, plus froid, moins saturé mais sans doute peut-être aussi un peu plus juste. Il est globalement moins flatteur d’une manière générale en portrait que ça soit à pleine ouverture ou 2.8 mais c’est vraiment pour chipoter.

Quand on parle de lumière

Test objectif, Sigma DN 30

Au saumon ! Mon préféré !

Boitier(s) associé(s) : E-PM2, E-M10 mkIII
Durée d’utilisation : 6 ans
Utilisation principale : tout

Pour :

  • Polyvalence
  • Couleurs
  • Compacité
  • Qualité optique

Contre :

  • Latence au démarrage
  • Bruit lorsqu’il est hors tension
  • Ouverture

Anecote / pourquoi ce choix

A la revente du Panasonic 14, j’ai souhaité retenter l’aventure de la focale fixe. J’ai cherché un juste milieu entre le 45/1.8 trop long que je n’utilisais pas et le 14 qui ne servait qu’au paysage. Il y avait bien le Panasonic 20mm mais plusieurs retours d’utilisateurs faisaient état d’effets de bandes sur les photos avec un boitier Olympus. De plus, impossible de le trouver d’occasion a un prix raisonnable. La plupart des offres étant a une vingtaine d’euros d’écart du prix neuf.

Au détour d’une rencontre avec quelqu’un équipé d’un Nex et du Sigma 30 j’ai commencé a m’y intéressé de plus près. J’ai testé a l’achat la triplette Sigma (avec le 19 et le 60 2.8) mais seul le 30 m’a alors tapé dans l’œil contrairement aux 2 autres. On peut le trouver autour de 60€ d’occasion a peine plus de 100€ neuf, aucune raison de passer a coté !

Mon avis

Le titre en dit long, je suis véritablement « in-love » avec cet objectif qui est resté vissé au boitier pendant longtemps. Véritable compagnon de voyage, compact, permettant de faire un peu de portrait et une mise au point relativement rapprochée. A peine plus long que les classiques 50mm plein format, il reste utile pour le tout venant. Et pour le prix, il n’y avait aucune concurrence. Le rendu des couleur est top, le flou d’arrière plan est doux et progressif. Il peut faire doublon avec le 20/1.7 et le 25/1.8 mais ne les ayant pas à ce moment là je ne peux me prononcer. L’autofocus fait le job, sans être le plus rapide mais au moins, il ne se plante pas comme le 45/1.8.

Je n’ai qu’un seul gros reproche qui est le temps d’allumage de 4 a 5 secondes. Un bloggeur a fait état d’une mise a jour de firmware qui résoudrait ce soucis, mais ce dernier a supprimer son post après que je l’ai contacté. Personne chez le fabriquant ne semble avoir eu vent d’une telle chose. Une version ART a également circulé au double du prix. La encore, personne n’a confirmée ou infirmée la présence du retard à l’allumage. Ni la disparition du bruit de lentilles flottantes lorsque l’on manipule l’objectif hors tension. Dommage, à qualité strictement identique, ça serait ma seule raison de le remplacer.

Je l’ai vendu pour acheter le 30/1.4 mais je l’ai tellement regretté l’année suivante que j’en ai racheté un et que je pense finalement me séparer du 30/1.4.

Test objectif, Lumix G14

Une crêpe à paysage

Boitier(s) associé(s) : E-PM1
Durée d’utilisation : 6 mois
Utilisation principale : paysage

Pour :

  • Compact
  • Qualité optique

Contre :

  • Polyvalence
  • Gain en qualité limité ?

Anecodte / pourquoi ce choix

Trouvant le 14-150 trop encombrant pour les randonnées j’ai fouillé les forums à la recherche de conseils. J’ai jeté mon dévolu sur ce mini objectif qui ne paye pas de mine et n’en reste pas moins très qualitatif. Pour quelqu’un qui souhaite ranger boitier et objectif dans une poche c’est le combo idéal. En acceptant toutefois de se limiter à de la photographie grand angle.

Mon avis

J’ai apprécié les sorties légères et la compacité pour des photos d’intérieur de centre commercial de nuit par exemple, mais aussi pour un weekend léger. En termes de discrétion et le coté pratique de rentrer dans une poche avec un Pen Mini c’est top. La qualité optique est assez loin devant le 14-150 a 14mm. Sans doute aussi devant le 12-50 a 14mm. J’ai apprécié l’ouverture a f2,5 et la mise au point rapprochée pour de la végétation. C’est aussi mieux que le 9-18 pourtant censé être au top au milieu de sa plage.

Cela dit, on arrive vite à lui reprocher de ne pas pouvoir faire beaucoup d’autres choses avec. Je suis paradoxal, c’est le but de ce genre d’objectif. Il n’est pas adapté pour un portrait car même en plan américain ça ne le fait pas. Ni pour la photo de rue, où l’on capte beaucoup de choses qui détournent l’attention et obligent à recadrer et du coup a perdre du détail. mais au regard de la qualité à ce prix là, c’est vraiment pour chipoter car il est un très bon compagnon de voyage et randonnées. Avec ce gabarit il; n’y a que le 17/2.8 d’Olympus qui pourrait venir le titiller mais il est loin d’avoir cette qualité.

Un cliché inhabituel pour ce type de focale.

Test objectif, M. Zuiko 9-18

Spectaculaire mais lassant

Boitier(s) associé(s) : E-PM1, E-M10
Durée d’utilisation : Environ 2 mois sur les 4 ans de possession.
Utilisation principale : paysage

Pour :

  • L’angle

Contre :

  • Qualité optique et de construction
  • Manque de polyvalence

Anecdote / pourquoi ce choix ?

J’ai toujours apprécié les larges vues panoramiques. Équipé du 12-50, je suis habitué a prendre plusieurs clichés et effectuer l’assemblage plus tard sur PC. Sauf que le travail sur un logiciel d’assemblage n’est pas toujours a la hauteur de ce que je voulais saisir. A ce moment la, il n’y a que 2 offres d’ultra grand-angle sur le système micro 4/3. Le 9-18 d’Olympus et le 7-14 chez Panasonic au tarif plus que double. J’ai fouillé les occasions et j’ai fini par trouver le 1er a un prix me convenant.

Mon avis

C’est sans doute la plus grosse déception parmi mes achats d’objectifs. Si l’angle de vue est génial, j’ai rapidement préféré retourner faire des assemblages plutôt que recourir au 9-18 dont c’est pourtant la conception et le principal l’avantage. J’ai trouvé la qualité assez en retrait finalement. Je passais beaucoup de temps sur l’accentuation des détails, la gestion des couleurs et la correction des déformations. Sans compter le retrait d’éléments indésirés sur les clichés. Mon utilisation en sortie ne se prêtait pas à une sortie avec celui-la uniquement, il est donc rester souvent dans le sac. Il m’aurait sans doute sorti de situations difficiles et rendu de bons service sur certains lieux. Mais je n’avais pas pensé à l’inclure dans ma besace ces jours-là et cela m’aura obligé à réfléchir autrement sur place. C’est donc sans regrets que je m’en suis séparé.

Test objectif, M. Zuiko 45

Portraitiste à l’AF capricieux

Boitier(s) associé(s) : E-PM1, E-PM2
Durée d’utilisation : Environ 2 ans
Utilisation principale : portrait, mini-télé de paysage

Pour :

  • Qualité de construction
  • Piqué
  • Bokeh
  • Possibilité créative
  • Prix

Contre :

  • Difficulté de mise au point a pleine ouverture
  • Difficulté de mise au point avec des filtres
  • Polyvalence
  • Bague de mise au point trop fluide et sans échelle

Un objectif qui m’aura laissé perplexe. Un prix extrêmement contenu, une qualité de fabrication qui donne une impression de premium sans toutefois égalé le 12/F2. Il est également moitié moins cher que la seule concurrence disponible a sa sortie. Il est léger, tient dans une poche ou loin s’en faut. La qualité optique est vraiment surprenante et appréciable et ce dès la peine ouverture. Il n’y pas de défaut optique visible ou presque.

Je l’ai finalement peu utilisé en portrait car ce n’était pas dans mon esprit du moment. J’ai même pas essayé les portraits non posés car j’avais beaucoup de soucis de mise au point avec un autofocus en patinage en pleine ouverture. Son bokeh est relativement et important pour une optique portrait bien harmonieux. Un peu de mal a réussir les clichés avec l’E-PM1 et sa vitesse d’obturation max rapidement atteinte sans filtre. Rien a redire sur la qualité à ce niveau de prix. Je n’ai pas spécialement trouvé de défaut et en utilisation pour des végétaux ou des scènes de vie pour lesquelles il était efficace.

Il lui manquerait peut-être une échelle de mise au point avec un repère de profondeur de champs.

Je l’ai revendu assez rapidement avec une pointe de regret plus tard, cependant je lui ai rapidement préféré le Sigma 30/2.8 un peu plus court avec un rendu moins précis.